Étiquettes

Anan parla de la Wikipédia franceso mai que mai. L’angleso o bouno reputaciou e lei critïcos diùros qu’anan faire s’aplicou à la franceso.

Tout lou mounde counèis lou princìpi : cadu pot escriéure per que « lou sabér es de toùti ».

Acò’i justomen uno errour.

Un païsô s’i counèis en agriculturo, un ajustadour o lou biais per talha de pèços metalicos, un istourian counèis l’Istòrio, un medici counèis la medicino… mas digu counèis pas tout acò ensèm.

E l’i o pas de ierarchìo del sabér soubre Wikipédia. Un troç de nèici qu’o « l’oupiniou » que lis Egipcians de l’Antiquitat aun inventat l’electricitat pot escafa tout l’article d’un egiptoulogue per i metre sas patroucados, sèns soulomen sabér que l’Istòrio es pas un afaire « d’oupiniou » mas de sourgos e de doucuments.

Atau avet un ome que se souno Jean-François Blanc e que demoro à Vert-Saint-Denis (77) dién la banlego parisenco. Amai es nascut à Graz en Austrìo e sa lingo mairauo es lou chèque.

De fotò del gusàs :

jean-francois-blanc-copie          avatar92

Aquel tipe o pas fat d’estùdis superiours e trabalho à pichou nivèl dién lou coumèrci mas es  « administratour » de Wikipédia ço que vòu dïre censour.

Aquel inhourent d’ourigino estrangièro qu’es pas jiamai anat en Auvernho e que sap pas ris de sa lingo s’es fat mounta lou cap per lis « occitans » de l’IEO Paris.

Amm’ acò escriéu à l’article « Aurillacois » que guel-mèmo o poundiùt :

Le Carladez et le territoire de l’abbaye d’Aurillac sont des régions de l’Auvergne restées indépendantes du Comté d’Auvergne depuis l’époque carolingienne jusqu’à leur rattachement à la Couronne de France au début du xvie siècle.Ce fait pourrait expliquer que cette partie de l’Auvergne historique ne parle pas l’auvergnat mais une variante du languedocien, et que ce dialecte ait pris très tôt une forme écrite (dans les actes et sentences) et littéraire (chez les troubadours)2.

En effet, le Carladez, qui est le territoire vicarial d’un des cinq comtés secondaires primitifs de l’Auvergne, a très tôt été possédée par les comtes de Rodez puis les comtes de Barcelone, dont le territoire recouvrait l’essentiel de l’occitanie (le Velay, le Rouergue, la Provence, la Narbonnaise, la Catalogne) et dont la cour littéraire fut, avec le Limousin, le principal foyer du mouvement des troubadours.

Se vèi qu’èro à l’escòuo en Austrìo e pas en Franço ! ounde tout lou mounde aprind que lou Coumte Guiral d’Auvernho foundè l’abàdio e que la vïlo cresquè à soun entour.

En fait aquel Austro-Chèque sap plô que messourgo, mas pretind que « l’aurillacois est du languedocien » à causo de quauques mots que coumençou per CA- e pas per CHA – e lou dèu esplica.

Mas acò’i parier en prouvençau, e se li fadats occitans volou dessepara lou patai d’Ourlhat de la rèsto de l’auvirnhat, acò sario mai lougique de n’in faire de prouvençau e noun pas de lengodouciô.

Inquèro mai fadat que lis occitans miejournaus, l’occitan dissident Pierre Bonnaud pretind que i o ina lingo entremié lei lingos d’oc e lei lingos d’ouïl : « lou mediolan » e que l’auvirnhat n’in sario mas pas la mitat del Cantau, ni Salèr, ni Ourlhat, sèns esplica perqué.

I o dounc pas de ierachìo di sabérs.

A l’article « roumain (langue) » boutou « caşcaval » per dïre froumatge. Mas caşcaval es un noum de froumatge precis coumo  Cantau, Brìo, Camambèrt e àutri.

Lou mot generique per dïre froumatge es « brînză ».

De centenaus de Roumanés aun courregit mas sou estats censurats per d’administratours que parlou pas roumanés e qu’aun legit « endacon » – sabou pas ounde – que se dirio « caşcaval ».

Soubre la « Oiquipèdia occitana » d’uèi disparegudo, aviou escrit que Vermenouzo, perdou ! « Vermenosa »  escriguè en francés En plein air » !!!

en lioc de « En plein vent » qu’es lou titoul vertadier del recuei de pouèmos.

Un aute eximple : Wikipédia explico seriousomen que « li druides mountavou deïn de chaines lou primier de ginier per festijia l’on nouvèl en talhant de visc ammé de poudos d’or piùr  »  atau !

Apoundou que li druides diziou « O gui l’an neu » qu’ourio beilat la fourmulo « au gui l’an neuf »

Mas en galés l’annado se dïs « sonnokingos », « nouvèl » se dïs « nooulos », e lou visc se dïs « olloiaketos ».

L’empèito es també que lou primier de ginier èro pas la debuto de l’annado, que l’or piùr talho pas, que li druides moutavou pas deïn lis aures mas utilisavou ina voujo per talha dempuèi lou sòu, una voujo amm’ un cizèl de ferre e que la culido del visc èro pas ina fèsto amai se lou visc èro precious.

Dounc Wikipédia dïs un cop de mai de foutralados.

                                                                      &

                        LOU RACISME DE WIKIPEDIA

Is articles « occitan (langue) » e « auvergnat (langue) » esplicou que « L’auvergnat est un dialecte occitan qui se caractérise par ses nombreuses formes aberrantes, ce qu’Alibert explique par le fait que les populations du Massif Central sont racialement contaminées ».  atau !

Quau es aquel Alibert, teourician racisto de Wikipédia.

Acò’s un farmacian que demouravo à Bram dién l’Audo e qu’avio sa boutigo al vïlatge vizi de Mountreal.
Militant reialisto d’Action Française devenguè naturalomen coulabouratour di nazis e de la Gestapò, puèi militant del groupe culturau « COLLABORATION ».

Denounciè de resistents gaullistos coumo lou paure senhe Baby, erò de la guerro de 14, ingeniour, que mouriguè en camp de councentraciou à la fi de mars de 1945. Tïnge jours après, lis aligats l’ouriou sauvat, paure !

Aquel ome inventè la « grafia occitana » que devio permetre de retrouba « l’identitat de nòstra raça iberica » e inventè « l’occitan » mesclanho de narbounés, de catalô d’Esponho e d’espanhòu. Voulio n’in faire la lingo « comuna » de Vichy à Elche dién lou sud de l’Esponho.

Perqué Vichy ? mistèri.
Jamai s’i parlè pas la lingo d’oc, al countràri de Mountluçoun ounde dién lis annados setanto i avio inquèro de vièlhs que parlavou chicon prou pròchi lou lemouzi.

Bessai que revendicou Vichy per noustalgìo de Pétain alquau una delegaciou d’occitans fo oumenatge cado annado al Valle de los Caìdos en Esponho lou jour que li falangisto ounourou la memòrio de José Antonio Primo de Rivera, lou counspiratout financiat per Mussolini (vèire « La cinquième colone » de Max Gallo).

A-n-aquelo ceremounio d’occitans venou amm’ un retrat del marescau Pétain qu’aun adournat de rosos e arribou en chantant lour « Se canta » imne naciounau occitan.

En fotò, Adrien-Louis Alibert, toujour lou « Mèstre » dis occitans e dis escòuos Calandretas, coundennat à vint ons de presou à la Liberaciou, que demourè presounier de setembre de 44 à ouctobre de 54 quand lou gouvèr graciè li darriers coundennats kollabòs.

Aquel ome fouguè coundennat també à l’indinhitat naciounauo per la vïdo quand li quites miliciens qu’èrou pas estats fusilhats n’in aviou pas que dous ons.

                                                   ob_47c428_alibert

Publicités